Articles

Fermer Biblio critique

Fermer Ici et ailleurs

Fermer Metteurs en scène et interprètes de Corneille

Fermer Non, Corneille n'a pas écrit les oeuvres de Molière ! Nos adhérents réagissent

Fermer Quand on aime, on imite : pastiches et parodies de Corneille

Fermer Spectacles

Annuaire

Fermer Annuaire des membres

Newsletter
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
Captcha
Recopier le code :
Visites

 792693 visiteurs

 1 visiteur en ligne

Rechercher sur le site



Actualités


Si vous copiez puis collez l'adresse suivante

https://rcf.fr/culture/livres/passion-corneille

vous n'avez plus qu'à cliquer sur Passion-Corneille-RTC, et vous pouvez entendre une interview du metteur en scène de La Place royale, Alain Bézu, suivie  d'une prise de parole de notre chère Evelyne Poirel qui s'est tant dévouée à la mémoire des Corneille et à notre Mouvement, puis des lycées qui ont participé à la représentation.


Alain Bézu a eu la même exigence avec les lycéens qu’avec des professionnels (photo Serge Lamoureux)

Rouen : 14 lycéens sur les planches pour 10 représentations de La Place royale de Corneille, du 22 juin au 7 juillet 2018

 

Théâtre. Des lycéens de la Métropole donneront dix représentations de « La Place royale » de Corneille dans son intégralité au Temple Saint-Éloi dès demain soir.

Il n’est pas question ici d’un spectacle de fin d’année au sens dilettante du terme, mais bien de vraie représentation. C’est tout l’attrait de ce projet ambitieux lancé par Gérard Granier, président de l’Académie des Sciences Belles-Lettres et Arts de Rouen, et le metteur en scène Alain Bézu. Le défi était de taille en effet : faire jouer l’intégralité d’une pièce classique par des lycéens. En l’occurrence La Place royale de Pierre Corneille, peut-être pas sa plus connue, mais la préférée d’Alain Bézu chez l’illustre dramaturge et poète Rouennais.

« J’ai toujours eu un goût pour les œuvres injustement méconnues des grands auteurs, confie-t-il. Il l’a écrit un an avant Le Cid. Outre le fait que je l’aime pour son thème “ la passion amoureuse confrontée au désir de liberté, c’est-à-dire peut-on être amoureux sans ressentir les chaînes ”, comme l’écrit Corneille, cette pièce a aussi pour particularité de n’avoir pour personnages que des jeunes gens. Il n’y a pas d’adultes. » D’où son choix.

« Une vraie expérience de vie »

Issus de cinq lycées de la Métropole Rouennaise (Jeanne-d’Arc, Bruyère, Sambat, Val-de-Seine et Vallée-du-Cailly), ils sont quatorze élèves de seconde à avoir relevé le défi, après une année de travail et de préparation sur leur temps scolaire car ce projet a le soutien du rectorat. Épaulé par deux comédiennes, Sophie Caritté et Karine Preterre, Alain Bézu est allé dans les classes au cours du premier trimestre pour initier les jeunes au théâtre et déceler ceux qui feront partie de la distribution finale. Ils ont été auditionnés pour constituer cette liste. Les quatorze jeunes retenus sont ensuite passés au concret : monter cette pièce.

Comme des pros

Les deux comédiennes se sont chargées de l’apprentissage de la scène et Alain Bézu les a sensibilisés aux alexandrins de Corneille. « Mon idée c’était de me comporter avec eux exactement comme avec des comédiens professionnels, avec la même exigence, explique le metteur en scène. Là, ils ont appris le théâtre », sourit-il.

« On a toujours tort de penser qu’on va obtenir quelque chose des gamins en étant laxiste, en acceptant qu’ils soient en retard, etc. Il y avait une règle du jeu et je n’ai rien lâché. » Et ça a payé. « Je n’ai pas toujours rigolé, j’ai dû leur rappeler, parfois, que le silence était nécessaire pour écouter les autres, qu’il fallait aussi qu’ils se concentrent. »


La Place Royale, Alain Bézu/Lycéens - par Webmaster Corneille le 04/07/2018 @ 13:58

eekeekeek

 

 


DébutPrécédent [ 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 ] 10 pages suivantesSuivantFin
 
Skins Papinou © 2007 - Licence Creative Commons

Webmaster : Olivier Armand
^ Haut ^