Articles

Fermer Biblio critique

Fermer Ici et ailleurs

Fermer Metteurs en scène et interprètes de Corneille

Fermer Non, Corneille n'a pas écrit les oeuvres de Molière ! Nos adhérents réagissent

Fermer Quand on aime, on imite : pastiches et parodies de Corneille

Fermer Spectacles

Annuaire
Newsletter
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
Captcha
Recopier le code :
Visites

 882594 visiteurs

 2 visiteurs en ligne

Rechercher sur le site



Actualités

Une nouvelle thèse sur Corneille : celle de Yasmine Loraud - par Webmaster Corneille le 07/01/2021 @ 09:24

     

SORBONNE UNIVERSITÉ

ÉCOLE DOCTORALE 3

Laboratoire de recherche CELLF
T H È S E
pour obtenir le grade de
DOCTEUR DE L’UNIVERSITÉ SORBONNE UNIVERSITÉ
Discipline : Littérature Française
 
Présentée et soutenue par :

Yasmine LORAUD

le : 8 janvier 2021

Héroïsme et esthétique tragique chez Corneille et ses

confrères.

Interactions, enjeux théoriques et pratiques d’écriture

 
 
Sous la direction de :
M. Georges FORESTIER – Professeur émérite, Sorbonne Université
Membres du jury :
Mme Carine BARBAFIERI – Professeur, Université de Valencienne
M. Jean DE GUARDIA – Professeur, Université Grenoble-Alpes
Mme Tiphaine KARSENTI – Professeur, Université Paris Nanterre
Mme Bénédicte LOUVAT – Professeur, Sorbonne Université
 

 


Vient de paraître :

Scènes baroques d'aujourd'hui.

La mise en scène baroque dans le paysage culturel contemporain

Dir. Céline Candiard et Julia Gros de Gasquet

Paris, Classiques Garnier, collection « Perspectives comparatistes », octobre 2019, 378

Présentation de l’éditeur :

Tout le monde connaît les pièces de Molière ou de Corneille ; ce sont ces « classiques » et d’autres œuvres moins célèbres des XVIe, XVIIet XVIIIe siècles que le mouvement artistique baroque se réapproprie en explorant les codes de jeu, les gestes et les modes de profération des interprètes de l’époque. Cet ouvrage a pour objectif de dresser un état des lieux de la mise en scène baroque aujourd’hui. Or l’entreprise n’est pas neutre, car le baroque contemporain fait l’objet de débats féroces, aussi bien en ce qui concerne sa définition que sa réception.

L’analyse se construit autour de plusieurs thèmes : l’importance des autres arts vivants se réclamant du courant baroque, notamment la musique et la danse, le rôle éducatif de ce mouvement théâtral et sa place au sein de l’institution. Elle se nourrit d’une comparaison avec le théâtre élisabéthain outre-Manche et de témoignages d’artistes contemporains, parmi lesquels Eugène Green. S’appuyant sur une réflexion collective où se font entendre plusieurs voix, venues de la scène ou des universités, des salles de classe ou des sociétés de production, ce livre élabore une cartographie précise des interrogations qui irriguent la mise en scène baroque aujourd’hui. Les champs du savoir et du spectacle vivant sont ainsi réunis, s’éclairant l’un l’autre et témoignant de la réussite de ce projet, car c’est de cette façon qu’est né et que continue de s’inventer le théâtre baroque 

Céline Candiard est maîtresse de conférences au département des arts du spectacle, de l’image et de l’écran de l’Université Lumière Lyon 2 et membre de l’Institut d’histoire des représentations et des idées dans les modernités (IHRIM, UMR 5317). Spécialiste de l’histoire du théâtre, elle a publié notamment Esclaves et valets vedettes dans les comédies de la Rome antique et de la France de l’Ancien Régime (Honoré Champion, 2017).

Julia Gros de Gasquet est maîtresse de conférences HDR à l’Institut d’études théâtrales de l’Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3 et membre du Laboratoire international de recherches en arts (LIRA, EA 7343). Formée comme comédienne à l’École nationale supérieure des arts et techniques du théâtre (ENSATT) de Lyon et à l’Institut d’État d’art théâtral (GITIS) de Moscou, elle a notamment joué au cinéma sous la direction d’Eugène Green. Elle a publié « Pour une histoire de l’art de l’acteur : perspectives et propositions » (Revue d’histoire du théâtre, janvier 2019) et dirige depuis 2015 le Festival de la correspondance de Grignan.

 


Musée Pierre Corneille - Petit-Couronne
Samedi 19 septembre 2020
 
 
Lecture à voix haute 
« Du courage s’il vous plaît ! »
 
Par les lectrices des AMMD-SM (Amis des Musées de la Métropole et du Département de la  Seine-Maritime) :
Jacqueline Allanic-Auzou,  Jacqueline David,  Colette Prévost, Evelyne Poirel, Sophie Pouliquen et Pascale Royer.
en partenariat avec la Cie Comediamuse
 
 
PROGRAMME
1 - Synonymes 
2 - Pierre Corneille,  Le Cid
3 -  Gandhi, Un sourire ne coûte rien
4 - Victor Hugo, Les pauvres gens
5 - Pierre Bachelet, Prends ton courage à deux mains
6 - Nashmla Noormohamed, Du courage
7 - Paul Eluard, Gabriel Péri
8 - Sophocle, Antigone
9 - Jean-Stéphane Bozzo, Ca ressemble à quoi le courage ?
10 - Paul Fort et Georges Brassens, Le petit cheval
11 -  Pablo Neruda,  Il meurt lentement
12 -  Primo Lévy, Si c’est un homme
13 - Paul Eluard, Et un sourire 
15 – Joute de citations
 
 
   

 


La Médée de Corneille représentée au Palais des rencontres de Château-Thierry
par la Compagnie La Lumineuse(dir. Fl. Beillacou) le 24 mai 2019
 
 
 
photo_Medee_Chteau-Thierry.jpg
 
 
 
 
Impressions sur le vif 
 
C’est d’abord la beauté plastique du spectacle qui frappe, et qui s’imprime dans la mémoire. Ors et miroirs, lumières tremblantes, gestuelle quasi chorégraphique, ponctuations musicales bouleversantes, tout concourt à faire de cette histoire, atroce, un moment saisissant de grâce et de violence mêlées. On est ensuite conquis par l’inventivité de la mise en scène, en même temps que par sa limpidité : de véritables trouvailles, très simples et très belles, permettent d’évoquer la sorcière dans son antre, la destruction du palais royal, le feu dévorant le roi injuste et la rivale haïe. Le jeu des comédiens enfin paraît à la fois souple et puissant : la diction et la gestuelle baroques, en canalisant et en contenant la violence des personnages, l’intensifie, jusqu’à l’explosion. Pauline Belle fait ressortir toute la complexité de cette Médée cornélienne : flamboyante de rage et d’orgueil blessé, tenant tête héroïquement à la tyrannie comme au destin, mais prise de vertige aussi devant l’étendue de sa puissance destructrice, et assumant au dénouement, avec une lucidité effrayante et magnifique, le désastre libérateur qu’elle a provoqué. 
 
Myriam Dufour-Maître et Liliane Picciola, 
 
CEREdI et Mouvement Corneille
 


DébutPrécédent [ 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 ] 10 pages suivantesSuivantFin
 
Skins Papinou © 2007 - Licence Creative Commons

Webmaster : Olivier Armand
^ Haut ^