Articles

Fermer Annuaire des membres

Fermer Biblio critique

Fermer Ici et ailleurs

Fermer Metteurs en scène et interprètes de Corneille

Fermer Non, Corneille n'a pas écrit les oeuvres de Molière ! Nos adhérents réagissent

Fermer Quand on aime, on imite : pastiches et parodies de Corneille

Fermer Spectacles

Annuaire

Fermer Annuaire des membres

Newsletter
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
Captcha
Recopier le code :
Visites

 751851 visiteurs

 2 visiteurs en ligne

Rechercher sur le site



Biblio critique - Année 2012

Ouvrages

* Pratiques de Corneille, Actes du colloque du quatrième centenaire de la naissance de Pierre Corneille, Publications des Universités de Rouen-Le Havre

 Études réunies et présentées par Myriam Dufour-Maître

 « Corneille » n’existe pas. Telle est la bonne nouvelle de ce livre conçu lors du quatrième centenaire de la naissance de Pierre Corneille (juin 1606). Du moins n’existe plus guère, et l’on peut s’en réjouir, un Corneille statufié, monolithique, on serait tenté de dire de pierre...

Mais si la statue de Corneille s’efface ici, c’est pour laisser place à un portrait diffracté, complexifié, résolument ancré surtout dans l’étude des pratiques concrètes dont l’œuvre de Pierre Corneille est à la fois le résultat et le point de départ : que fait Corneille, et que fait-on de lui, en son temps et après ? Telle est la question qui guide les analyses de cet ouvrage.

« Il est facile aux spéculatifs d’être sévères », ironisait Corneille, invitant les doctes à mettre les règles « en pratique aussi heureusement » que lui-même l’avait fait (Discours des trois unités, 1660). Corneille, s’il est penseur ou poéticien, ne l’est en effet qu’au regard de pratiques, codifiées par des « arts » ou s’inventant à mesure, qui influent les uns sur les autres : comment s’articulent les pratiques de Corneille dramaturge, poéticien, mais aussi editor, paraphraste, académicien ou sujet du royaume de France ? Tissu d’actions d’autant moins séparées que le « champ littéraire » et l’expérience esthétique n’ont nullement acquis encore l’indépendance qu’ils revendiquent déjà. Comment retentissent sur l’œuvre le travail de la scène, les réactions du public, les jugements critiques, les réécritures et appropriations ? Tout en distinguant le temps de la réception de celui de la création, les six sections de l’ouvrage examinent de façon croisée les pratiques de Corneille et celles de son interprétation (théâtrale, critique) dans le temps, avec pour enjeu de restituer à l’œuvre de Corneille, dans sa diversité, sa dimension d’expérience.

 

PREMIÈRE PARTIE

Pratiques et usages de l’œuvre de Pierre Corneille

SECTION 1 PRATIQUES ÉDITORIALES

Alain VIALA Corneille premier auteur moderne ?

Sybile Chevallier Micki Panorama de l’édition théâtrale et de la composition dramatique à Rouen fin XVIe siècle – début XVIIe siècle.

Alain Riffaud Corneille et l’impression de ses livres : de l’indifférence à l’innovation.

Catherine GUILLOT Les éditions illustrées du théâtre de Corneille publiées dans la première moitié du XVIIe siècle.

SECTION 2 PRATIQUES THÉÂTRALES

Christian BIET Corneille, ou la résistance.

Sandrine BLONDET « Admirez avec moi ce merveilleux spectacle ». Sur Andromède, La Toison d’or et Psyché.

Julia GROS de GASQUET Dire Corneille, un art du naturel ?

Ève-Marie Rollinat-Levasseur Didascalies, entre « petit secours » et grand embarras : étude des variantes.

Brigitte PROST Mettre en scène l’œuvre de Corneille au XXe siècle : célébrer, éduquer, explorer.

Ana Clara SANTOS Pratiques de "réécriture" et échanges culturels franco-portugais autour du théâtre de Corneille.

SECTION 3 PRATIQUES de RÉCEPTION, de CRITIQUE et de RÉÉCRITURE

Liliane PICCIOLA Corneille et le temps créateur : souci de l’originalité, souci de la postérité.

Daniela Dalla Valle Les trois Suites du Cid de Corneille : Chevreau, Desfontaines, Chillac.

Carine BARBAFIERI Corneille pédagogue : Alexandre le Grand revu et corrigé par Agésilas.

Gaël LE CHEVALIER Thomas et Pierre Corneille ou l’art de l’esquive.

Anne TEULADE Dryden et Corneille : pratique et critique de la tragédie héroïque.

Suzanne GUELLOUZ Corneille en Espagne au XVIIIe siècle.

Romain JOBEZ Le Trauerspiel contre la tragédie religieuse : Andreas Gryphius, lecteur critique de Corneille.

Sylvaine Guyot « À partir d’Œdipe » : pratiques du silence cornélien.

Bénédicte LOUVAT La vieillesse de Corneille face à la critique.

Sarah HURLBURT Le « théâtre de l’admiration » et les éloges de Corneille de 1808.

SECONDE PARTIE

Corneille praticien

SECTION 4 PRATIQUES d’ÉCRITURE

Georges FORESTIER, Corneille et la pratique des genres.

Anne-Elisabeth Spica, Corneille et les poétiques jésuites : une dramaturgie comparée.

Déborah BLOCKER, Corneille et l’« art poétique » : appropriations, déplacements, reconfigurations.

Nina EKSTEIN, La Pratique ironique de l’appel à l’autorité dans les péritextes du théâtre de Corneille.

Sandrine BERRÉGARD, L’argument du Clitandre : les enjeux d’une polygraphie.

Florence de CAIGNY, « Divertir les yeux » ou « importuner les oreilles » ? Le traitement de la narration d’exposition dans les tragédies de Corneille de 1634 à 1660.

Clotilde Thouret, Le secret d’une chambre. La pratique cornélienne du monologue à la lumière de la théorie dramatique.

Véronique LOCHERT, « Faire que la tragédie soit aussi belle à la lecture qu’à la représentation » : pratiques paratextuelles de Corneille.

Laura NAUDEIX, Éléments d’une dramaturgie du merveilleux.

Emma GILBY, La théorie et la pratique du sublime chez Corneille.

Anne Mantero, Corneille paraphraste dans L’Office de la Vierge.

SECTION 5 PRATIQUES POLITIQUES

Hélène MERLIN-KAJMAN Corneille et le/la politique : le double enjeu de la question.

Franziska SICK, Pouvoir politique et politique du pouvoir dans le théâtre de Corneille.

Jean ROHOU, Dramaturgie, morale et politique chez Corneille.

Lise MICHEL, Machiavélisme et genres rhétoriques : l’invention des raisons d’État dans la tragédie de Corneille, de Médée à Pertharite.

Charles-Olivier Stiker-Métral, Othon ou l’homme de cour malgré lui : tragédie tacitéenne et pratiques politiques.

SECTION 6 PRATIQUES MORALES et SOCIALES

John D. LYONS « Cette bonté des mœurs... » : problématiques de la représentation morale.

Christophe Angebault L’éclat de la vertu dans Cinna et Nicomède, ou le dépassement de la censure dans les pratiques de l’exemplarité.

Alexandra LICHA Au-delà de la dévotion et de la galanterie : l’héroïne cornélienne ou l’avènement d’une vertu dramatique.

Alexander ROOSE Au-delà de la vertu. Le néo-stoïcisme d’Horace.

Charles MAZOUER Nicole et les adversaires du théâtre lecteurs de Corneille.

Martial POIRSON Le jeu du change et de l’échange : L’économique dans le théâtre comique de Corneille.

BIBLIOGRAPHIE, INDEX des NOMS, INDEX des ŒUVRES de CORNEILLE, INDEX des NOTIONS, INDEX des PRATIQUES

L’ouvrage est issu du colloque international Pratiques de Corneille, organisé à Rouen du 5 au 9 juin 2006 par le CEREdI (Centre d’Études et de Recherche Éditer – Interpréter) et le Mouvement Corneille, avec le généreux concours de la Région Haute-Normandie et du Département de la Seine-Maritime. Comité scientifique : Mmes Hélène MERLIN-KAJMAN (Paris III-Sorbonne Nouvelle) et Liliane PICCIOLA (Paris-Ouest), MM. Christian BIET (Paris-Ouest), Georges FORESTIER (Sorbonne), John D. LYONS (University of Virginia, USA), Alain VIALA (Paris III- Sorbonne Nouvelle et Oxford), Jean-Marie VILLÉGIER (L’Illustre-Théâtre).

Illustration de couverture : P. Corneille par Jean-Marc de Pas, terre cuite, coll. privée.

812 pages – 15,5 cm × 24 cm – ISBN : 978-2-87775-537-5 – 32 € Collection «Les Corneille »

 

Articles

DUFOUR-MAITRE, Myriam, « Héroïnes de Corneille : des modèles rhétoriques féminins ? », dans Femmes, rhétorique et éloquence sous l’Ancien Régime, Claude La Charité et Roxane Roy (éd.), actes du colloque de Rimouski (13-15 septembre 2007), Publications de l’université de Saint-Étienne, « l’école du genre », 2012, p. 103-110.

VIALLETON, Jean-Yves, "Les pièces perdues de l’Antiquité comme source de la création dramatique au XVIIe siècle : Corneille et Quinault imitateurs d’Euripide », dans Véronique Lochert et Zoé Schweitzer dir., Philologie et théâtre. Traduire, commenter, interpréter le théâtre antique en Europe (XVe-XVIIIsiècle), Amsterdam/New York, Rodopi, coll. « Faux titre », n° 382, 2012, p. 228-241.


Date de création : 03/07/2012 @ 20:55
Dernière modification : 02/12/2012 @ 18:08
Catégorie : Biblio critique
Page lue 3602 fois


Imprimer l'article Imprimer l'article

 
Skins Papinou © 2007 - Licence Creative Commons

Webmaster : Olivier Armand
^ Haut ^