Articles

Fermer Annuaire des membres

Fermer Biblio critique

Fermer Ici et ailleurs

Fermer Metteurs en scène et interprètes de Corneille

Fermer Non, Corneille n'a pas écrit les oeuvres de Molière ! Nos adhérents réagissent

Fermer Quand on aime, on imite : pastiches et parodies de Corneille

Fermer Spectacles

Annuaire

Fermer Annuaire des membres

Newsletter
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
Captcha
Recopier le code :
Visites

 751851 visiteurs

 2 visiteurs en ligne

Rechercher sur le site



Biblio critique - Année 2007


Bibliographie 2007



Oeuvres critiques au sujet de Pierre Corneille et son époque :

 

Ekstein (Nina), Corneille’s Irony

EMF Critiques, Roockwood Press, Charlottesville (USA), 2007, 210 p. 

Table of Contents  

Part I : Evident Irony 

Ch 1 : Introduction 

Ch 2 : Dramatic Irony 

Ch 3 : Verbal Irony 

Ch 4 : Situational Irony 

Part II : Signals of possible Irony 

Ch 5 : Reduplication 

Ch 6 : Exaggeration 

Ch 7 : Gaps 

Ch 8 : Margins 

Ch 9 : Conclusion 

Works cited and Index 

  

Extrait de l’introduction : 

« While I am much influenced by Georges Forestier’s excellent study of the genesis and structure of Corneille’s plots, I personnaly locate the specificity of his genius at the level of his language and rhetoric. I am repeatedly struck by the tremendous subtlety and complexity of his language, with its crisscrossing network of references and levels of elevation. […] Irony is by no means, however, a purely linguistic feature. […] Indeed, irony itself, a term that refers to a broad range of radically different features, functions as a rich metaphor for Corneille’s theater, in its complexité, its resistance to conclusive interpretation, and its enduring fascination. » (p. 1 et 2) 

« Tout en étant largement influencée par l’excellente étude de Georges Forestier sur la genèse et la structure des intrigues chez Corneille, je situe pour ma part le génie de Corneille essentiellement au niveau de sa langue et de sa rhétorique. Je suis constamment frappée par l’extraordinaire subtilité et la complexité de sa langue, avec son réseau serré de références et de niveaux d’interprétations. […] L’ironie, néanmoins, n’est pas un fait purement linguistique. […] En vérité, le terme même d’ironie, qui renvoie à un large éventail de traits et de procédés très divers, offre une riche métaphore du théâtre de Corneille, de sa complexité, de sa résistance à toute interprétation définitive, et de son pouvoir durable de fascination. »  

(Traduction par Myriam Dufour-Maître, et n’engageant que sa responsabilité.) 

 

GARRETTE Robert, "La tragédie du XVIIe comme vision de la condition humaine", La Revue Internationale de Philosophie, 2007.

 

 

 

Louvat-Molozay (Bénédicte), Le Théâtre

Introduction, choix de textes, commentaires, vade-mecum et bibliographie Flammarion, coll. "GF-Corpus 2007http://editions.flammarion.com/accueil/ 

Source : http://www.fabula.org, information publiée le lundi 25 juin 2007 par Marc Escola. 

  

« On trouvera dans cette anthologie, bien « coupés », référencés et nettement introduits, des passages déjà « anthologiques » de la Poétiqued’Aristote sur la représentation, de Corneille sur la « comédie héroïque », de la préface de Cromwell sur le « miroir concentrique », de Brecht sur la distanciation, d’Artaud sur le théâtre extrême-oriental, etc. — tous textes destinés d’abord aux étudiants. Mais les spécialistes du théâtre y prendront aussi un grand intérêt.[…] 

Globalement, le parti-pris de la section anthologie semble extrêmement intéressant : elle inscrit dans une même continuité les textes classiques de la poétique dramatique et les textes fondateurs des théories modernes du théâtre : Craig, Brecht, Novarina, etc. Cette continuité semble aller de soi pour l’anthologiste, qui ne la commente guère. C’est sans doute la meilleure manière de liquider en silence l’éternelle querelle des études littéraires (le théâtre comme texte à « actualiser ») et des études théâtrales (le théâtre comme spectacle total). […]  

L’auteur parvient fort bien à n’utiliser sa compétence en matière de théâtre classique — Bénédicte Louvat-Molozay est l’auteur de plusieurs essais et éditions de texte de théâtre classique — que lorsqu’elle est vraiment nécessaire pour éclairer le théâtre en général. […] On y trouve par exemple un développement pointu sur les unités où réaffleure la spécialiste (p. 30), ou un rapprochement un brin provocateur entre Brecht et Corneille (p. 32-33). […] Bref, on ne saurait trop recommander aux étudiants, aux amateurs de théâtre et aux spécialistes la lecture de cette anthologie savamment mise en scène. » 

CR par Jean de Guardia, Publié sur Acta le 22 août 2007.

 

 

 VALENTIN Jean-Marie, Pierre Corneille et l'Allemagne l'oeuvre dramatique de Pierre Corneille dans le monde germanique, Paris, Desjonquères, 2007, 650 pages, La mesure des choses.

 

 

Articles

JOBEZ, Romain, Genre et horizon dramatique. « Sophonisbe » dans les théâtres français et allemand du XVIIe siècle, La Licorne, numéro 82, 2007, pp. 297-312.

RIZZA, Cecilia, "Petite note sur Corneille et le comique", Bouquets pour Hélène, Publifarum, n. 6, pubblicato il 05/02/2007, consultato il 12/05/2012, url: http://publifarum.farum.it/ezine_articles.php?id=12

WINTER, Scarlett, “Miracles de l'art”. Barocke Theatralität bei Pierre Corneille, Romanische Forschungen, Volume 119, Number 1, January 2007 , pp. 73-86. 



Oeuvres faisant référence à Pierre Corneille :

CARRIERE Jean-Claude : Fragilité. Paris , O. Jacob, octobre 2007, Collection Poches Odile Jacob.
Essai autour du thème de la fragilité appliqué au pouvoir, à l'histo{C}ire, à la planète menacée, aux religions, aux vieux combats du savoir et de l'ignorance, au terrorisme contemporain. Il y est évoquée la pensée de Corneille.




>


Date de création : 09/07/2007 @ 16:24
Dernière modification : 12/05/2012 @ 09:38
Catégorie : Biblio critique
Page lue 2083 fois


Imprimer l'article Imprimer l'article

 
Skins Papinou © 2007 - Licence Creative Commons

Webmaster : Olivier Armand
^ Haut ^